Récits de voyage, premier jour en Alsace Lorraine

Les élèves de 3e3 et de 3e4 racontent leur voyage...

Départ et le début du trajet par Hawa

Après un réveil très matinal les élèves sont arrivés devant le collège Plaisance vers 5h45. Les professeurs nous ont orientés dans les cars : un car avec la 3e1 et la 3e2 avec quelques accompagnateurs comme Mme CHAUBET, M. DRAGEON, Mme LUNEAU et Mme de SAINT-ALBIN et un car nous avons la 3e3 et la 3e4 accompagner de Mme PERY, Mme DAUTANE, Mme DREON et Mme SAVI. Certains élèves sont arrivés en retard donc nous avons dû attendre que leur bus arrive, et une fois les élèves arrivés nous avons pu commencer à rouler, direction, Alsace-Lorraine ! Le début du trajet de la 3e3 et la 3e4 a été calme, Mme DAUTANE nous a parlé du devoir que nous allons devoir rendre pour le 6 mai puis, après environ 3 heures de route nous nous sommes arrêtés pour manger notre pique-nique.

 
Le pique-nique par Fanny
Nous avons déjeuné vers 13h sur l’aire de pique-nique annexée au parking du site visité. La terre était boueuse à cause de la pluie récemment tombée.
A un moment, nous avons vu M. DRAGEON galoper élégamment à la poursuite du car accompagné de Mme CHAUBET qui au lieu de semer des petits cailloux blancs, disséminait ses affaires… Ils allaient quérir les dossiers pédagogiques de Mme DAUTANE qu’ils avaient demandé aux élèves de leur car : ils devaient les laisser pour ne pas les perdre.
Les tables et les bancs n’ont pas souvent été utilisés vue la multitude de mousses vertes éparpillées un peu partout. La nature omniprésente, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur de l’aire, n’a en aucun cas empêché les professeurs de manger 3 kilos de fromage, des madeleines, des cookies, des bonbons ainsi que du chocolat. Par ailleurs, voilà une magnifique scène de Mme PERY : « Je n’aime pas le chocolat ! » s’exclama-t-elle en tenant à la main quatre tablettes de chocolat Lindor (qui appartenaient en fait à Mme DAUTANE selon elle, au moment de la relecture de ce texte). Un sac en plastique noir a été utilisé pour les déchets. Sa destinée est inconnue aux élèves.


 
La visite du four à chaux sur la ligne Maginot à Lembach par Lembach
Des guides sont arrivés entre 14 heures et 14 heures 30. Les classes sont parties dans l’ordre : Les 3e1, les 3e2, les 3e4 puis en dernier en les 3e3.
La dernière classe (les 3e3) ont regardé leurs camarades partir sur un chemin de terre ascendant, en se demandant bien ce qui allait leur arriver quand leur guide arriverait. Ensuite, le guide (Un homme bénévole d’un certain âge) est arrivé et a commencé à nous parler de la Seconde Guerre Mondiale (c’était un peu le sujet de la visite) et à nous expliquer l’utilisation qu’avait eue la ligne Maginot. Construite dans le but de protéger la France des Allemands aux frontières, elle n’a pas satisfait cette utilité et n’a été que très peu utilisée.

 

Le trajet vers le centre et l’installation dans les chambres par Julie
Après la visite du four à chaux sur la ligne Maginot à Lembach, ma classe de 3°3 est arrivée en dernière pour la fin de la visite. Les autres groupes étaient tous en train de goûter. Dès que nous sommes sortis, une goutte m’est arrivée sur le front, les nuages se rebellaient pile quand nous sortions. Quel bonheur ! Nous nous sommes tous précipités vers les cars pour pouvoir arriver au centre à l’heure. Une fois à l’intérieur, le nôtre a prit les devants. Malheureusement, dès le départ, des filles au fond du car ont commencé à chanter et à faire du bruit. Ensuite, Madame DAUTANE nous a donné nos bâtiments ainsi que nos professeurs référents. Puis la vie du car a repris avec la musique, les bavardages, les films ou encore les siestes. J’ai d’ailleurs moi-même entendu des conversations très intéressante entre les professeurs. Une fois arrivés au centre, nous avons récupéré nos affaires, nos clés, puis nous avons été dans nos chambres.
 
Tout le monde devait prendre sa douche sauf les « désignés volontaires », comme moi, pour écrire sur le site. Nous sommes ensuite allé manger des pâtes à la bolognaise et une crème aux œufs en dessert. Enfin nous sommes allés nous coucher. Enfin pas tous, certaines élèves (F, L et moi) devions rester éveillées pour travailler nos textes pour ce site. Les ultimates sont arrivés au centre vers 23h00 et sont directement allés se coucher.

 



Madame PERY interdit les portables à table : haut les mains pour vérifier !
 
Ce que je dois retenir : «  le rez-de-chaussée, c’est à quel étage ? » Signé E.